MENU

L'empathie en cadeau

En cette fin d'année 2015, en ce mois de décembre sombre, doux et humide, je me dépose. Mon besoin de sommeil augmente, mes nuits rallongent. C'est une période de l'année où, après m’être débattu avec mon démon du travail acharné, après avoir fait taire ma culpabilité, je rejoins enfin mon besoin de repos. Je retrouve de la disponibilité et de la créativité pour écrire, cuisiner, écouter mes chevaux manger leur foin. C'est une période propice à la réflexion, à l’intégration.

Je reviens tout juste d'une formation sur l'empathie. L'empathie... j'en ai encore pour un moment à digérer cette merveilleuse fin de semaine avec Valérie et Jean-Philippe de Spiralis, qui ont su nous parler de ce concept complexe et profond avec finesse, clarté et efficacité.

Durant cette formation j'ai pris conscience que mes chevaux possèdent naturellement plusieurs caractéristiques d'une excellente écoute empathique. Je peux, en les observant, mieux comprendre et intégrer.

En voici quelques-unes; mon cheval est libre. Il ne vient à ma rencontre que s’il en a l'élan, la disponibilité. Il s'approche de moi seulement si cette rencontre l’intéresse, qu'elle a un sens pour lui. Il ne veut pas m'aider, il ne veut pas non plus me raconter son histoire. Il vient à ma rencontre avec curiosité, ouverture et bienveillance. Il m'observe avec tous ses sens, il prend le temps de me découvrir. Je me sens observée, mais jamais analysée ou jugée.

Mon cheval ne parle pas, son silence est d'or. Cela donne une saine distance à son écoute. Je me sens accueilli et libre de m'exprimer sans contrainte.

Mon cheval accepte ce que je suis, ce que je vis. Il n'exige pas que je change. Si mon état n’éveille pas d’intérêt pour lui, il s'éloigne sans cris ni reproches. Il s'éloigne en se respectant, en me laissant gérer mes besoins et sans briser notre lien.

Être accueilli par mon cheval, c'est précieux, c'est bon, c'est un vrai cadeau. En cette période des fêtes, je vous souhaite le cadeau de l'écoute empathique envers les gens avec qui c'est possible, mais aussi envers vous-même, si l'élan vous prend.

Et, si cela est trop difficile, complexe ou fragile, vous pouvez toujours m'appeler, on écoutera les chevaux manger leur foin.